Monnaie de singe / Monopoly money

Tout le monde s’émeut de l’impact des taux d’intérêt nuls sur l’économie réelle et du risque que la zone euro ne tombe en déflation à l’image du Japon,  comme le souligne récemment le directeur des études économiques de BNP Paribas, William De Vijlder (dans Le Figaro du 12/04/2016). Par ailleurs, les taux nuls posent des problèmes aux activités professionnelles qui nécessitent l’obtention de rendements positifs (comme les banques ou l’assurance-vie). Ainsi François Perol parle d’un environnement « incroyablement difficile » (La Tribune, 10/04/2016). Devant ces inquiétudes, j’aimerais rappeler aujourd’hui les analyses que je proposais dans mon ouvrage Dettes et monnaie de singe. Un système économique à rénover (Salvator, 2011) qui restent pleinement d’actualité.

Dans ce livre, je constate (ce que tout le monde dit) que le système économique a produit une capacité à créer de la dette sans frein et sans mécanisme de rétroaction. Mais (ce que tout le monde ne dit pas), j’avance l’idée que cette création monétaire incontrôlée résulte d’une défaillance d’un système de représentation.

Rodarie

En effet, cette création monétaire n’a attiré l’attention de personne.

  • Pourquoi ? Parce qu’elle n’était pas adéquatement vue.
  • Pourquoi ? Parce qu’un système de représentation a rendu les tableaux de bord inopérants.
  • Pourquoi ? Parce que ce système de représentation a fait disparaître deux quantités cruciales dans l’analyse économique : le temps et le risque.

Quelle conséquence cette disparition a-t-elle eue ? Les outils intellectuels de représentation des engagements n’étaient pas pertinents. Je pense ici aux débats récurrents sur la valeur de marché (fair value) et la comptabilité au prix de marché. J’ai montré dans mon livre comment l’évacuation du temps et du risque a conduit le système économique à une accumulation sans limite de dettes. Cette défaillance a conduit à un dérapage de l’économie réelle.

J’ai proposé de revenir aux réflexions de Karl Polanyi (1886-1964) , John Commons (1862-1945) et Robert Healy (1886-1946) pour y trouver des sources de remèdes à la situation actuelle. Pourquoi ? Parce que « que ce soit l’européen, juif hongrois et socialiste, ou les WASP capitalistes, l’universitaire américain de l’école libérale, pragmatique et institutionnaliste ou le républicain membre de la SEC, tous ont fait le constat du dérapage du système économique sous l’empire d’idées ou de règles dont l’application ou l’usage sont au fondement des crises et qui en ont empêché la résolution » (p. 166).

L’analyse de ces règles et de ces idées folles est l’objectif des réflexions poursuivies dans le cadre des colloques « Normes financières et risque de régulation » que le groupe SMA organise depuis 2009.

Recensions et critiques de l’ouvrage (cliquer sur le lien pour accéder à l’article) : Mediapart, COE-Rexecode, Les Échos, Le Cercle des Échos, Le Huffington Post, Canal Académie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.