De très discrets régulateurs / A discreet regulator

13 avril 2016, 17h-19h : Isabelle Huault (université Paris Dauphine) et Chrystelle Richard (ESSEC) présenteront leur ouvrage The discreet regulator: How financial activities shape and transform the world

Chrystelle Richard, Le Huffington Post, 5/04/2016 :

La plupart des analyses se concentrent sur la dyade régulateur – régulé et la manière dont l’autorité publique crée les règles du jeu des acteurs privés. Ces analyses prennent pour acquis que le système financier est un simple objet de réglementation. Trop souvent, on oublie la réflexivité entre sphère privée et sphère publique : alors que le monde tente de façonner le système financier, n’est-ce plutôt pas le système financier qui façonne, à sa manière, notre monde ?

Dans les années qui ont précédé la crise, les acteurs privés ont joué un rôle plus important dans la définition du système financier international, déclenchée en partie par les vagues successives de libéralisation et de titrisation, ou encore la croissance des marchés interbancaires au cours des années 1980. Ces mouvements de frontière entre public et privé reflètent une réduction du rôle de l’État et l’émergence d’une gouvernance non étatique et transnationale de la finance.

La finance est aujourd’hui un champ régulatoire complexe, traversé et régi par de nombreuses interactions, conflictuelles ou coopératives, entre une multiplicité d’acteurs, publics et privés.

419HEiqQSQL._SX319_BO1,204,203,200_

Dans notre ouvrage, Finance : Le Régulateur Discret (voir site de l’éditeur) nous disons que les acteurs financiers sont eux-mêmes générateurs d’un cadre institutionnel et normatif qui favorise la mondialisation des marchés sur lesquels ils interviennent. Mais ce sont des acteurs « très discrets ». Les acteurs privés sont ainsi devenus les « régulateurs discrets » de leur propre système, ce qui explique en partie pourquoi si peu de choses ont vraiment changé depuis 2008.

Sans réellement se cacher, ils ne cherchent cependant pas à être visibles, se trouvant souvent dans les coulisses, dans l’ombre du monde des affaires. Leurs positions officielles respectives, les pouvoirs qu’ils détiennent en bonne et due forme ne sont pas spectaculaires mais leur capacité à réguler les marchés discrètement, en arrière-plan, leur confère une puissance inégalée.

Lire sur CAIRN le compte-rendu de Bernard Colasse dans la revue Comptabilité Contrôle Audit 2013/2 (Tome 19).

Voici un très intéressant extrait de ce compte-rendu pour le chapitre de Jérémy Morales et Anne Pezet « Financialization Through Hybridation : The Subtle Power of Financial Controlling » :

Ces « acteurs non-humains » façonnent la « subjectivité » des managers et les rendent progressivement incapables de penser sans elle, voire autrement que selon elle. C’est là une belle illustration du « pouvoir pastoral », au sens de Foucault, des outils de gestion et de la finance.

On retrouve la puissance de la financiarisation par des dispositifs de gestion déjà évoquée dans ces carnets de recherche.

[Source de l’image du bandeau : Revue des deux mondes]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.