Tous ricardiens ? / All Ricardian ?

Dans Le Figaro du 19/04/2016, Christine Lagarde considère que « Les cicatrices de la crise de 2008-2009 n’ont pas été toujours bien traitées » (interview cliquer ici). Ainsi, comme causes du manque de croissance de l’économie mondiale sont invoquées : 1) les créances douteuses des banques (depuis 8 ans); 2) le manque de réformes structurelles des États et des législations sociales; 3) la politique budgétaire. Mon avis est que ces causes n’expliquent pas tout. Il faut rechercher d’autres causes à ce quasi-arrêt de la croissance. Lesquelles ?

Dans mon ouvrage Dettes et monnaie de singe. Un système économique à rénover (Salvator, 2011), j’ai proposé comme « macro-cause » l’impact négatif d’un dispositif économique global que j’ai qualifié de ricardien (ch. 1) dans le sens de David Ricardo (1772-1823). Je voulais dire qu’on installe volontairement des déséquilibres persistants de conditions de productions entre deux zones en distordant les changes et en bloquant de fait le mécanisme équilibrant du système des changes (ch. 2). Depuis plus de soixante ans, ce dispositif a bénéficié à plusieurs pays et zones, Europe, Japon, Asie du Sud-Est. Depuis 1998, il a bénéficié à la Chine. Mais ce système produit des effets qui ne sont pas tous maîtrisables. Les quatre ans passés ont permis de valider ce qui n’était en 2011 qu’une conjecture : ces déséquilibres rendent persistante l’accumulation sans fin de dettes de toutes natures. Je dis que ces dettes sans fin (le trou noir financier) constituent les marqueurs monétaires de ce dispositif économique ricardien.

by Thomas Phillips, oil on canvas, circa 1821Portrait de David Ricardo par Thomas Phillips (1821)

Malheureusement tout à une fin. La dynamique impulsée par le dispositif ricardien avec la Chine s’étouffe sous le poids de ses conséquences non voulues.

Pas plus que les autres mesures proposées, les politiques monétaires ne sont donc pas la solution : c’est parfaitement vrai ! Elles n’ont qu’une action de retardement de cet étouffement annoncé. Comme chacun le sait, en physique, tout système engendre les causes qui concourent à son extinction. Ici, malgré tous les efforts de ceux qui bénéficient de la situation. Aussi, pour obtenir une reprise de la croissance, ne faudrait-il pas que le FMI propose la fin de ces dispositifs ricardiens ?  C’est-à-dire la reconstruction d’un ordre monétaire international qui favorise des échanges équilibrés. En prend-on le chemin ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *