Régulation financière et concepts cybernétiques / Financial regulation and cybernetics

22 juin 2016, 17h-19h : Hubert Rodarie (directeur général délégué du Groupe SMA) et Thomas Boccon-Gibod (professeur agrégé de philosophie, membre de l’équipe Sophiapol, EA 3932,
qui a codirigé avec Caterina Gabrielli l’ouvrage collectif :
Normes, institutions et régulation publique, Hermann, 2014
(information sur le site de l’éditeur) aborderont le thème de l’usage des concepts cybernétiques dans les analyses de la régulation.

Présentation de la séance

La régulation financière est aujourd’hui soupçonnée par beaucoup d’être transformée en simple outil technique au service d’une idéologie néo-libérale. Dans cette perspective, l’État régulateur remplacerait l’État législateur. Pour y voir plus clair, un retour sur l’idée de régulation est utile.

la-pente-despotique-de-léconomie-mondialenormes-institutions-et-regulation-publique.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

La question de la régulation de l’agir social est ancienne. Trois familles de métaphores se sont réparties le champ de l’imaginaire pour aborder cette question.

  1. Les métaphores mécaniques
  2. Les métaphores physiologiques
  3. Les métaphores cosmologiques

Dans la première famille de métaphores (mécanique), on trouve les images de mécanisme d’une horloge (Huygens, 1656) ou de régulateur de l’horloge (Littré, 1812). La seconde famille (physiologique) utilise l’image du cerveau dans les organismes supérieurs (Spencer, 1860) ou celle du système nerveux central dans le corps humain (Durkheim, 1893). Enfin la troisième famille (cosmologique) propose la régulation de Dieu sur le monde (Leibniz, 1715) ou le gouvernement de Dieu sur le monde (Teilhard, 1920). Aujourd’hui, dans La pente despotique de l’économie mondiale (Salvator, 2015), Hubert Rodarie propose une nouvelle métaphore :

  1. La métaphore cybernétique

Pourquoi cette nouvelle métaphore ? Pour suggérer une dérive totalisante dans le processus actuel de régulation financière mondiale. L’idée développée par H. Rodarie est la suivante. Il y a eu un glissement de la notion de régulation qui, de « gestion non contraignante de l’interaction collective » (concept qui renvoie à la philosophie politique et du droit), est passée à un « mode de fonctionnement asservi dans lequel la grandeur à régler tend à se rapprocher d’une valeur de référence » (concept qui renvoie aux sciences de l’ingénieur).

Le vecteur de cette dérive totalisante est l’usage non contrôlé de l’indicateur de la volatilité comme mesure universelle de risque. Les colloques SMA-FMSH « Normes financières et risque de régulation » ont alerté depuis 2009 sur le risque de régulation et appellent à une régulation socialement responsable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *