Écrire la finance / Writing Finance

9/11/2016 17h-19h : Elie Ayache (président fondateur de ITO 33) auteur de The Blank Swan: The End of Probability (Wiley, 2010, site de l’éditeur) et The Medium of Contingency: An Inverse View of the Market (Palgrave MacMillian, 2015, site de l’éditeur) et Fabian Muniesa muniesablank-swan(Centre de sociologie de l’innovation, Ecole des Mines), et auteur de The Provoked Economy. Economic Reality and the Performative Turn (Routledge, 2014, site de l’éditeur) traiteront du thème Ce qu’écrire la finance veut dire : simulacre, prix et agencement capitalistique.

Présentation de la séance

Résumé de l’intervention d’Élie Ayache. Le marché des produits dérivés comme une écriture du futur et non pas comme sa prévision [English below]

Résumé: La théorie d’évaluation des produits dérivés se fonde sur le formalisme de la théorie abstraite de la probabilité et des variables aléatoires. Mais quand elle s’intègre dans l’outil que développe le ‘quant’ et qu’utilise le trader d’options, elle devient technologie de pricing. Celle-ci transgresse la théorie et le formalisme.

  • De variable aléatoire dont on se contentait d’évaluer l’espérance mathématique ou qu’on synthétisait par réplication dynamique, le payoff contingent du produit dérivé devient, en effet, un actif contingent.
  • Par cette distinction, nous entendons crucialement qu’il devient négocié indépendamment de son actif sous-jacent, et que son prix, qui n’est plus la valeur d’une fonction, devient une donnée matérielle du marché.
  • Celle-ci servira désormais d’input aux modèles de pricing, les inversant (calcul de volatilité implicite et calibration).

Il faut reconnaître une nécessité, et non pas un accident, dans cette rupture du cadre formel, et y lire même la définition du marché qui doit désormais inclure le produit dérivé. Le trading des produits dérivés est en effet l’intention première de leur technologie de pricing, et non pas une utilisation accessoire. La question est alors celle d’une formalisation possible de ce marché élargi, ou plus simplement, du marché. Pour cela la notion-clé d’écriture est invoquée.

The derivatives market as a technology for writing the future, not for predicting it

Summary: Derivative valuation theory is based on the formalism of abstract probability theory and random variables. However, when it is made part of the pricing tool that the ‘quant’ develops and that the option trader uses, it becomes a pricing technology. The latter exceeds the theory and the formalism.

  • Indeed, the contingent payoff (defining the derivative) is no longer the unproblematic random variable that we used to synthesize by dynamic replication, or whose mathematical expectation we used merely to evaluate,  but it becomes a contingent claim.
  • What we mean by this distinction is that the contingent claim crucially becomes traded independently of its underlying asset, and that its price is no longer identified with the result of a valuation.
  • On the contrary, it but becomes a market given and will now be used as an input to the pricing models, inverting them (implied volatility and calibration).

One must recognize a necessity, not an accident, in this breach of the formal framework, even read in it the definition of the market now including the derivative instrument. Indeed, the trading of derivatives is the primary purpose of their pricing technology, and not a subsidiary usage. The question then becomes that of a possible formalization of this augmented market, or more simply, of the the market. To that purpose we introduce the key notion of writing.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *