Éthique de la finance : le poids de la technologie

La séance du séminaire de la chaire du mercredi 29 novembre (salle A3-35) portera sur le nécessaire dépassement des approches traditionnelles de l’éthique de la finance qui se limitent à l’éthique de la responsabilité et à l’éthique conséquentialiste, c’est-à-dire une approche individuelle de l’éthique financière. Ces approches traditionnelles ne parviennent pas à mettre en place une véritable éthique financière. La présentation montrera pour quelles raisons ces approches échouent en prenant comme exemple le trading à haute fréquence (THF).

Le THF servira à illustrer que, dans le cas des marchés financiers modernes, il y a une imbrication entre la décision humaine et la structure technique, en sorte que la technique qui peut devenir autonome peut aussi avoir une part importante dans le risque systémique total. Ce qui conduit à quitter le domaine de l’éthique individuelle pour intégrer les structures techniques des marchés dans le champ éthique.

Ekaterina Svetlova, de l’école de commerce de l’université de Leicester, présentera une communication en anglais sur :

On the impossibility of finance ethics

Résumé

Pourquoi n’existe-t-il pas d’éthique financière? Bien qu’il existe quelques publications sporadiques sur le sujet, le domaine de l’éthique financière est pratiquement inexistant (Boatright 2010). Notre but ici est de chercher des raisons à cette énigme.

Nous soutenons que toutes les tentatives d’établir l’éthique financière jusqu’à présent ont été liées à une compréhension particulière du système financier. Principalement, ils se référaient à la conceptualisation traditionnelle des marchés financiers reposant sur un acteur isolé qui prend des décisions rationnelles, a la capacité de parfaitement négliger toutes les implications de ses décisions et – sur cette base – de rendre ses actions responsables. Cette compréhension de l’économie et de la finance suggère que l’éthique conséquentialiste et l’éthique de la responsabilité sont les concepts éthiques les plus appropriés.

Or cette approche présuppose que, pour attribuer la responsabilité de quelqu’un, il faut être capable (1) d’identifier son agir moral qui (2) prévoit et entend les conséquences de ses actes et (3) est en mesure de maîtriser ces conséquences.

Nous discutons les défauts d’une telle approche à partir de l’exemple du trading à haute fréquence (THF). Nous montrons que les trois conditions précédentes ne sont pas remplies dans le cas du THF. Puis nous cherchons à développer un concept d’éthique et de responsabilité qui corresponde mieux aux marchés modernes « hybrides » dans lesquels les humains et les machines co-agissent et partagent la responsabilité des effets systémiques. Pour cela, nous utilisons la notion de « responsabilité conjointe sans contrôle individuel » de Björsson (2011), ainsi que l’analyse de Coeckelbergh (2012) de la responsabilité des actions de la technologie fondée sur la notion de tragédie au sens de Kierkegaard .

Abstract

Why is there no such thing as finance ethics? Though there are some sporadic publications on the topic, the field of finance ethics is virtually non-existent (Boatright 2010). The paper seeks to provide reasons for this circumstance.

I argue that all attempts to establish finance ethics so far have been related to a particular understanding of the financial system. Primarily, they have been referring to the traditional conceptualization of financial markets as based on an isolated actor who makes rational decisions, has the capacity to perfectly overlook all implications of their decisions and – on this basis – made responsible for their actions. This understanding of economics and finance suggests to consider consequentialist ethics and responsibility ethics as the most appropriate ethical concepts.

These concepts presuppose that, to assign responsibility, one must be able (1) to identify the moral agency that (2) foresees and intends the consequences of her actions and (3) is in control of these consequences.

In the paper, I discuss the flaws of such accountabilty approaches based on an example of the high-frequency trading (HFT). I demonstrate that all three conditions are not fulfilled in case of HFT. Subsequently, I seek to develop a concept of ethics and responsibility that better fits to the modern “hybrid” markets where humans and machines co-act and share responsibility for systemic effects. I refer to the Björsson’s (2011) concept of joint responsibility without individual control as well as to the Coeckelbergh’s (2012) analysis of responsibility for technological actions based on the Kierkegaardian notion of tragedy.

 

Exposé en anglais. Entrée libre dans la limite des places disponibles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *