Régulation financière et bêtas subtils / Financial regulation and smart betas

11/02/2015, 17h-19h : Pascal Blanqué.

Résumé

Au moment où les régulateurs européens veulent encadrer la production et l’usage des « benchmarks » en réaction au scandale du Libor, on élargira le débat en s’interrogeant sur le concept de gestion passive. De manière intuitive ou traditionnelle, la gestion d’actifs repose sur une décision, consciente ou non, d’allocation factorielle de risques et, dans ce sens, seule l’exécution peut être passive. Refusant la norme d’un portefeuille-cible de référence reproduisant le comportement de l’entité appelée « marché », beaucoup de gestionnaires s’écartent volontairement des compositions cibles des indices traditionnels (pondérés selon la capitalisation boursière). Une nouvelle génération de portefeuilles-cibles référencés sur des nouveaux types d’indices (appelés « smart bêtas » que l’on pourrait traduire par « bêtas subtils » – des bêtas pas trop bêtes ?) cherche à réconcilier un désir de gestion active « hors normes » avec un besoin de normativité institutionnalisée. Ces « bêtas subtils » sont fonction des facteurs de risque. Mais la tentative de réinsérer dans des normes de gestion, à des fins de régulation, des types de gestion qui cherchent à s’en écarter, est-elle viable ? L’exposé abordera, à travers cette question, celle du rôle de la régulation financière de la gestion d’actifs.

Pascal Blanqué est directeur général délégué d’Amundi, chief investment officer group. Il est l’auteur de nombreux ouvrages concernant tant la finance théorique que ses fondements  philosophiques ou son histoire. Parmi ses ouvrages, on retiendra La valeur : Substance, échange et prix (2012, Economica), Théorie du sujet économique (2010, Economica), ou encore Valeur et temps (2008, Economica).

Sur la notion de « smart bêta », voir ici.

Télécharger la présentation de Pascal Blanqué.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *