L’économie morale / The moral economy

Mercredi 20 mai 2015, 17h-19h, FMSH, salle 7 : Laurence Fontaine

A propos de son ouvrage :

L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle

Extrait du commentaire de Viera Bredouillement, « Laurence FONTAINE, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], 38 | 2009, mis en ligne le 05 juillet 2009, consulté le 17 mai 2015. URL : http://rh19.revues.org/3879

« S’il concerne l’Europe moderne, cet ouvrage est néanmoins essentiel pour les historiens du XIXe siècle. Laurence Fontaine, directrice de recherche au CNRS qui a longtemps étudié les réseaux de solidarité, notamment à partir du cas des colporteurs alpins, s’intéresse depuis quelques années au fondement même de ces solidarités : le lien de confiance indispensable aux réseaux commerciaux. Elle livre aujourd’hui une étude particulièrement novatrice du crédit, menée à l’échelle de l’Europe et s’appuyant sur des sources diversifiées.

L’objectif de cet essai est double : comprendre les mécanismes de survie – ou d’évitement de la pauvreté – passant par le crédit à l’époque moderne et interroger en historienne les pratiques et les débats actuels, en particulier dans la mouvance altermondialiste. À l’heure où le capitalisme est remis en cause et le microcrédit valorisé comme une pratique marchande solidaire et humaine, Laurence Fontaine remet en question ce type d’engouement, et bouscule une certaine historiographie. »

The Moral Economy. Poverty, Credit, and Trust in Early Modern Europe

Site de l’ouvrage en anglais : Cambridge University Press
http://www.cambridge.org/br/academic/subjects/history/regional-history-after-1500/moral-economy-poverty-credit-and-trust-early-modern-europe
The Moral Economy examines the nexus of poverty, credit, and trust in early modern Europe. It starts with an examination of poverty, the need for credit, and the lending practices of different social groups. It then reconstructs the battles between the Churches and the State around the ban on usury, and analyzes the institutions created to eradicate usury and the informal petty financial economy that developed as a result. Laurence Fontaine unpacks the values that structured these lending practices, namely, the two competing cultures of credit that coexisted, fought, and sometimes merged: the vibrant aristocratic culture and the capitalistic merchant culture. More broadly, Fontaine shows how economic trust between individuals was constructed in the early modern world. By creating a dialogue between past and present, and contrasting their definitions of poverty, the role of the market, and the mechanisms of microcredit, Fontaine draws attention to the necessity of recognizing the different values that coexist in diverse political economies.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.