Robotisation et gestion des risques / Robotisation and risk management

Séance du séminaire du mercredi 12 février 2014 (17h – 19h) : Hubert Rodarie, directeur général délégué du groupe SMABTP.

Texte support de l’intervention : « Complexité, rigidité et dégénérescence. Un éclairage cybernétique« , téléchargeable : ici.

En complément, un autre texte d’Hubert Rodarie mis en ligne par la Fondation Robert Schuman : Réformes financières : progrès ou dégénérescence ?


EN COMPLÉMENT DE L’INTERVENTION


Complexité et vulnérabilité : exemple de l’aviation commerciale

« Comme le suggèrent les observations menées sur l’aviation commerciale, un univers ainsi rationalisé et informatisé peut non seulement entraîner une souffrance pour les individus, mais aussi constituer une nouvelle source de vulnérabilité pour les sociétés« . Ce thème est développé dans un article de Victor Scardigli, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, « Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ? », disponible en ligne, cliquer ici.

L’ouvrage de Victor Scardigli, Un anthropologue chez les automates. De l’avion informatisé à la société numérisée, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Sociologie d’aujourd’hui, 2001, 245 p, fait l’objet d’un commentaire dans la revue en ligne Questions de communication :

« Victor Scardigli révèle un paradoxe chez le concepteur qui affirme, d’une part, sa volonté de « mathématiser le monde », sous prétexte d’améliorer sécurité et performance mais admet, d’autre part, une éventuelle participation des équipages à la co-invention et à la coresponsabilité malgré leur caractère « faillible » (…) : l’homme est invité à se comporter dans son travail comme une machine« .

La technicisation de l’aviation commerciale conduit à une hybridation homme machine.

L’idée générale de l’auteur est résumée dans cette formule : « Dans un univers où rien ne saurait échapper à la mesure et au nombre, les domaines qui ignorent la quantification, la conscience, les valeurs, n’ont plus droit à l’existence ». Ainsi, la vulnérabilité trouve sa source dans la complexité des systèmes informatiques.

[mise à jour : 31/03/2016]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.