L’économie politique des jeux d’argent / The political economy of gambling

Mercredi 23 septembre 2015, 17h-19h : Pierre-Charles Pradier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, département d’économie.

Le texte de la présentation est téléchargeable en PDF ICI : Pradier économie politique jeux argent

Résumé

Depuis le Moyen-Âge où les loteries sont apparues comme un moyen de financer les biens publics, les jeux d’argent semblent un recours pour les États en prise à l’auri sacra fames, entre deux cures de rigorisme. L’analyse économique permet de rendre compte des bénéfices réciproques des parties prenantes – opérateurs de jeux, joueurs, État – et conclut généralement que la taxe est trop importante au regard d’externalités négatives limitées (le jeu excessif). Il en résulterait une perte sèche qu’il convient de minimiser par un abaissement des impositions.

Face à ce discours qui soutient le développement tous azimuts des jeux, nous essayons de jeter un peu de lumière dans la pénombre de l’illégalité, où de grandes masses d’argent se remuent. On reconnaîtrait alors parmi les parties prenantes, les figures nouvelles des joueurs professionnels, des tricheurs isolés et des fraudeurs organisés. Nous montrons que l’abaissement de la taxation profiterait essentiellement aux opérateurs, et c’est la raison pour laquelle ceux-ci s’intéressent en priorité aux marchés régulés. Nous proposons une représentation alternative de l’activité ludique, qui conduit à opposer non pas des offreurs et des demandeurs de jeux d’argent mais des joueurs plus ou moins performants : ceci permet de représenter la  professionnalisation des joueurs dans les jeux d’aptitude. Ce type de jeu conduit en fait à une exploitation des nouveaux entrants moins doués par les habitués. On revient donc sur la qualification morale des jeux, ce qui nécessite peut-être d’élargir un peu la perspective contemporaine en s’intéressant à l’histoire et à l’anthropologie du jeu.

Abstract

Since the Middle Ages, when lotteries appeared as a means to fund public utilities, gambling became a last resort to feed auri sacra fames in between prohibitive diets. Economic analysis accounts for the relative benefits of stakeholders – gambling operators, gamblers, public authorities – and usually concludes that taxation is far higher than negative externalities (such as problem gambling). Excessive taxation means deadweight loss, which should be lowered by cutting taxes. We stand against this prevalent view.
First, we need to shed some light on the twilight border of legality, where so much money is moved. The faces of stakeholders would appear a bit different; here we should distinguish among stakeholders the faces of professional gamblers, lone hustlers as well as organized criminals. We then show that lowering taxes benefits most entirely to gambling operators, hence their sustained and priority interest in regulated markets. An alternative representation of gambling opposes players according to their skill (rather than gambler and operators), in order to account for professionalization of players in games of skill. This kind of game is nothing less than exploitation of less skilled new entrants by returning sharks. The moral qualification of games might be reconsidered here, hence the need for a larger perspective on history and anthropology of gambling.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *