Colloque 2013 | La gestion d’actifs : normalisation par les benchmarks

Au cours du troisième colloque “Normes financières et régulation”, tenu le 20 novembre 2013, des chercheurs de différentes disciplines se sont réunis pour débattre sur le thème de la pratique des “benchmarks” dans la gestion d’actifs.

Problématique

Plongés dans l’incertitude économique et financière, les gérants de portefeuille professionnels doivent être capables de prouver leur professionnalisme en mettant en scène leur savoir-faire. Cette mise en scène, le jeu du gérant, s’apparente à une performance au sens théâtral du terme, et la mesure de performance devient un élément clé de l’appréciation de la valeur ajoutée de la gestion. Le jeu du gérant est aussi sa marge de manœuvre par rapport à des contraintes normatives : jouant son professionnalisme, il dispose d’un jeu par rapport à une normativité construite par des portefeuilles cibles désignés comme « benchmarks ».

Issus de l’application de la théorie financière des années 1950, les benchmarks sont des bornes (sens initial anglais) qui cadrent le jeu du gérant, et sa performance sera appréciée par sa capacité à bien jouer  dans ces bornes. La gestion professionnelle est une gestion bornée. Le professionnalisme de la gestion est, selon la finance orthodoxe, mesuré à l’aune de la piste que le gérant suit de borne en borne, de la trace qu’il laisse de la trajectoire qu’il parcourt (« track record »). Les techniques de mesure chiffrées et mathématisées de la performance de la gestion (les statistiques des résultats) développent des outils de mise en place construits par les représentations de la théorie financière.

Nous visons un double objectif. D’abord, à l’heure où le destin de la construction européenne et de la puissance publique dans les États européens semble plus que jamais lié au fonctionnement de l’économie financiarisée (et en partie globalisée) qui sous-tend l’activité des hommes et des femmes, il importe de comprendre dans quel processus s’inscrit la normalisation de la gestion d’actifs. Est-ce un processus dans lequel les erreurs du passé et les problèmes rencontrés trouvent des solutions, ou sont mis en perspective d’une manière nouvelle ? Pour le savoir, il sera nécessaire de situer les normes de gestion et les directives UCITS par rapport au fonctionnement des marchés (pratiques habituelles, formes de l’organisation, problèmes rencontrés, critiques) et de chercher à comprendre comment la fabrication des benchmarks est devenue un enjeu professionnel majeur pour la gestion d’actifs.

Un second objectif, important pour nous, est de progresser dans la compréhension des rapports entre théories, croyances et pratiques. L’objectif du régulateur est de concrétiser des notions abstraites à travers un ensemble de normes financières réglementaires. Un des enjeux de ce colloque sera d’étudier comment une représentation scientifique se diffuse auprès des acteurs professionnels et d’analyser quelles en sont les conséquences pour les marchés financiers. Rares sont les domaines où la décision humaine est à ce point guidée par des indicateurs, des méthodes et des logiciels qui portent la marque de théories spécifiques. Par-là, ces théories acquièrent une forme de performativité : ce qu’elles décrivent du réel se trouvent affecté par les relais qu’elles trouvent dans les prévisions et les formes de compréhension que développent les agents qui s’appuient sur elles. De ce point de vu, il importe particulièrement d’interroger le raisonnement quetelésien et d’interroger son influence sur la manière dont on conçoit l’organisation et la régulation de la gestion d’actifs.

La pratique professionnelle des benchmarks constitue à cet égard un point de référence important, propre à susciter des questions de fond sur la manière dont l’action collective et l’initiative publique dépendent de nos représentations théoriques au sujet du monde social, de la nature du hasard et du risque, du degré d’autonomie de la sphère des transactions économiques. Une réflexion plus large se trouvera dès lors engagée, à propos du rôle des théories dans la légitimation de la réglementation que met en place la puissance publique.

Programme et intervenants

Au cours de ce colloque, introduit par Hubert Rodarie, directeur général délégué du groupe SMA, sur la thématique « Le système financier sous l’emprise d’une automatisation. Un éclairage cybernétique », les différents intervenants ont abordé les thèmes suivants.

Première session. La fabrication des benchmarks : un enjeu de régulation financière

Rôle du benchmark dans la sélection de gestionnaires financiers

Michel Piermay, Président de Fixage

Michel PiernayFIX_Logo

Rôle du benchmark dans les normes des fonds de pension

Sabine Montagne, IRISSO, Université Paris Dauphine

DAUPHINE

Benchmarks et critères de professionnalisation des gérants de portefeuille

Pierre de Larminat, Goethe Universität

Larminat_PierreLogo_Gotehe-Logo.svg

Benchmarks et “répression financière” sous l’Absolutisme (XVIIe-XVIIIe)

Pierre-Charles Pradier, Directeur délégué ENASS

Pierre-Charles-Pradierlogo enass

Deuxième session. Benchmarks, incertitude et lois de probabilités

Bornage de l‘incertain par le calcul des probabilités. En bref, toute une histoire

Eric Brian, EHESS

Portrait_d'Eric_Brianlogo_ehess_officiel

Type de processus aléatoire, pertinence des benchmarks et risque systémique

Olivier Le Courtois, EM Lyon

OLCLogo-EM-Lyon

Le débat Keynes vs. Samuelson à la lumière des processus de Lévy

Christian Walter, Paris 1 / FMSH

Christian WamterLOGO-FMSH_NOIR