Les régulateurs font de l’assurance qualité / Financial regulation : quality assurance ?

Depuis la crise de 2008, le monde économique a connu une effervescence réglementaire. Elle a mobilisé des milliers de personnes au cours d’innombrables réunions et séances parlementaires. Leurs buts : faire face aux conséquences de la crise et prévenir de nouvelles ruptures. Dans mon ouvrage La pente despotique de l’économie mondiale (Salvator, 2015), j’ai cherché à établir que toutes ces actions n’ont eu qu’un seul résultat : prévenir les erreurs humaines en renforçant les contrôles a priori dans toutes les activités financières. Mais quid de la technique ?

Si la crise avait été un accident de voiture, personne ne s’est encore occupé de savoir si la voiture était fiable et ses instruments en état de marche. Pire, elle roule à nouveau sans contrôle technique.

Dans un premier temps, les scientifiques et leurs modèles mathématiques furent montrés du doigt. Mais, à la suite de Ben Bernanke, la crise a été analysée surtout comme le résultat de problèmes techniques ou de comportements délictueux et non pas d’échecs de la science. Pourtant, dès 2009, dans le cadre des colloques SMA, il a pu être établi qu’au cœur des activités courantes on trouvait des outils scientifiques fondés sur des représentations du risque et du futur sinon erronées, au moins trop optimistes. Or, elles sont toujours actives. Les régulateurs, eux-mêmes, savent que leurs modèles réglementaires ne sont pas pertinents. Même si les indicateurs le démontrent, ils savent que les risques n’ont pas disparu. Jamie Dimon, le CEO de JP Morgan, dans sa dernière lettre aux actionnaires le relève.

Dès lors les autorités multiplient les stress tests qui sont pour les établissements financiers ce que sont les crashs test à la sécurité automobile. Les régulateurs ont donc emprunté la méthodologie de l’Assurance Qualité. Ils multiplient alors non seulement les dispositifs de contrôle ou de maitrise mais ils imposent ainsi à tous, des modèles d’organisations qui enferment et normalisent les comportements et les asservissent à des règles dites de gouvernance. Les transformant de fait en quasi-robots, ils risquent de rigidifier  tous les dispositifs, et classiquement de faire se concentrer tous les acteurs plus sur la forme que sur le fonds. Ces conséquences sont bien connues des praticiens de l’Assurance Qualité. Mais en plus, ils exposent l’ensemble du système financier aux effets désastreux de comportements mimétiques toujours dangereux lorsque l’on les observe sur les marchés en cas de chocs. Paradoxalement la baisse administrée des taux d’intérêt vient encore biaiser les outils dans un sens favorable : ils incitent également à l’accumulation de dettes et contribuent à la surévaluation des gages.

Parmi les concepts identifiés comme fragiles il y a évidemment l’efficience des marchés. Elle est très discutée. Son promoteur, Eugène Fama, a eu, certes, le Prix Nobel d’économie mais la même année que son contradicteur Robert Schiller ! Pourtant elle est utilisée sans limitation et notamment pour valider les principaux concepts des normes comptables internationales appliquées en Europe (IFRS).

Mesurer le risque est une des démarches au cœur du système. C’est efficace. Un nombre vient se substituer au jugement. Pour ce faire la volatilité est le concept le plus utilisé. Est-ce pourtant un concept suffisamment robuste ? Le doute est permis. C’est ce qu’ont pu découvrir notamment les participants du 4ème Colloque scientifique  Normes financières et risque de régulation : « La volatilité : un concept fragile ? » L’enjeu est important car, pour reprendre les mots du mathématicien Norbert Wiener :

« Assigner des valeurs précises à des quantités qui sont essentiellement vagues, n’est ni utile, ni très honnête, et tout prétexte pour appliquer des formules précises à de telles quantités définies de façon si approximative est un faux semblant et une perte de temps. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *