Archives de catégorie : Gouvernance des modèles / Model Governance

Bachelier 100 ans après / Bachelier 100 years after

12/11/2014, 17h-19h : Mark Davis, Professor of Mathematics at Imperial College London.

Abstract

Louis Bachelier’s 1900 PhD thesis Théorie de la Spéculation introduced mathematical finance to the world and also provided a kind of agenda for probability theory and stochastic analysis for the next 65 years or so. The agenda was carried out by succession of the 20th century’s best mathematician and physicists, but the economic side of Bachelier’s work was completely ignored until it was taken up by Paul Samuelson in the 1960s.

Continuer la lecture de Bachelier 100 ans après / Bachelier 100 years after

Epistemic virtue and vice in mathematical finance

14/05/2014 (17h-19h) : Pr. Boudewijn de Bruin, University of Groningen.

By using recent insights on so called epistemic virtues and theory of epistemic virtue to shed light on this episode in the history of economic thought and prudential regulation, I defend the claim that rather than greed and egoism, the most pressing ethical failures that have led to the global financial crisis are failures of epistemic virtue. Banks failing to support research and development, regulation unjustifiably outsourcing judgements of creditworthiness to unreliable credit rating agencies, clients showing no interest whatsoever in the conditions of their mortgages, private investors overestimating their investment skills – these are all examples of epistemic vice.

Continuer la lecture de Epistemic virtue and vice in mathematical finance

La gestion machinale des risques : l’exemple Barrie-Hibbert / Risk management with machines: the Barrie-Hibbert case

Séance du séminaire du mercredi 12 mars 2014 (17h-19h) :

La conquête de la gestion des risques par une machine : le logiciel Barrie-Hibbert

Olivier Le Courtois, professeur de finance à l’Ecole de Management de Lyon et Christian Walter

Résumé des communications

L’outil progiciel Barrie-Hibbert est un générateur de scénarios économiques. Nous présentons successivement la notion de scénario économique, l’évolution de l’usage des scénarios, la manière dont s’élabore un générateur de scénarios et les caractéristiques minimales qu’il doit posséder. Puis nous situons un enjeu majeur des générateurs dans le passage du monde « réel » (P) au monde dual (Q). Par ce passage, la mathématisation des activités d’assurance prend un tour nouveau, celui de l’importation des techniques d’arbitrage issues de la « seconde quantification » de la finance mathématique des années 1980 dans la pratique quotidienne des assureurs. Ce tournant financier peut être appelé la « seconde financiarisation » des activités d’assurance, la première relevant seulement de l’usage des calculs financiers usuels qui étaient depuis longtemps dans la boîte à outils des actuaires.

Continuer la lecture de La gestion machinale des risques : l’exemple Barrie-Hibbert / Risk management with machines: the Barrie-Hibbert case

La financiarisation de l’assurance / The financialization of the insurance industry

Cycle de séminaires

Ce cycle de quatre séminaires en commun avec le séminaire d’Eve Chiapello « Étudier le capitalisme au travers des dispositifs politiques et des outils de gestion » est destiné à appréhender les transformations du métier de l’assurance au travers des transformations des outils de gestion des risques utilisés par les entreprises et éventuellement prescrits par la réglementation (notamment par la directive européenne Solvabilité 2) ou les « bonnes pratiques ». Continuer la lecture de La financiarisation de l’assurance / The financialization of the insurance industry

Vidéo | Une éthique de la finance pour aujourd’hui / Financial ethics for today

Conférence coorganisée par le Collège d’études mondiales et la Fondation Calouste Gulbenkian.

Conférence donnée par Christian Walter, titulaire de la chaire Éthique et finance du Collège d’études mondiales.

Quels peuvent être les liens entre les représentations scientifiques de la finance et l’éthique?

À ce jour, l’éthique financière est essentiellement une déontologie des pratiques professionnelles. Cette limitation, conséquence du positivisme en finance mathématique, reste sans effet sur les techniques financières. Le moment du tournant performatif est donc venu. Il convient de déployer une vigilance éthique sur les représentations scientifiques, les composantes des équipements et de cerner l’emprise des outils de gestion sur les comportements et les principes de normalisation organisationnelle.

Document : l’article de Christian Walter paru dans la Revue d’analyse financière, en ligne en accès libre.

Voir l’enregistrement de la conférence ci-dessous :