Régulation financière et bêtas subtils / Financial regulation and smart betas

11/02/2015, 17h-19h : Pascal Blanqué.

Résumé

Au moment où les régulateurs européens veulent encadrer la production et l’usage des « benchmarks » en réaction au scandale du Libor, on élargira le débat en s’interrogeant sur le concept de gestion passive. De manière intuitive ou traditionnelle, la gestion d’actifs repose sur une décision, consciente ou non, d’allocation factorielle de risques et, dans ce sens, seule l’exécution peut être passive. Continuer la lecture de Régulation financière et bêtas subtils / Financial regulation and smart betas

Le risque de la mesure du risque / The risk of risk measures

14/01/2015, 17h-19h : Marius Frunza, Schwarzthal Kapital.

Abstract

The introduction in 2013 of the Expected Shortfall as a regulatory alternative to the traditional Value at Risk, revealed many challenges for financial institutions not only in the implementation but as well in the use of this metrics. Generally the metrics used for assessing the value and the risk of financial instruments should be fundamentally reviewed.

Continuer la lecture de Le risque de la mesure du risque / The risk of risk measures

Bachelier 100 ans après / Bachelier 100 years after

12/11/2014, 17h-19h : Mark Davis, Professor of Mathematics at Imperial College London.

Abstract

Louis Bachelier’s 1900 PhD thesis Théorie de la Spéculation introduced mathematical finance to the world and also provided a kind of agenda for probability theory and stochastic analysis for the next 65 years or so. The agenda was carried out by succession of the 20th century’s best mathematician and physicists, but the economic side of Bachelier’s work was completely ignored until it was taken up by Paul Samuelson in the 1960s.

Continuer la lecture de Bachelier 100 ans après / Bachelier 100 years after

Anthropologie de la capitalisation / Anthropology of capitalisation

12/11/2014, 17h-19h : Fabian Muniesa, Centre de sociologie de l’innovation de l’Ecole des Mines de Paris.

La notion de « capitalisation » renvoie à une panoplie de techniques de valorisation financière, mais aussi, de manière plus large, au fait de considérer les choses (toutes sortes de choses) en termes de « capital », d' »actif », d' »investissement ». Fabian Muniesa esquissera quelques pistes pour une analyse anthropologique de ce processus, et pour une discussion sur ses conséquences politiques et morales. Cette présentation s’appuiera sur les chapitres 2 et 6 de l’ouvrage : The Provoked Economy. Economic reality and the performative turn (informations sur le site de l’éditeur)

Continuer la lecture de Anthropologie de la capitalisation / Anthropology of capitalisation

L’illusion financière ? / Financial illusion?

Séance du séminaire du mercredi 11 juin 2014 (17h-19h) : Gaël Giraud, jésuite, directeur de recherches CNRS, membre du Centre d’économie de la Sorbonne, du LabEx REFI (Régulation Financière) et de l’Ecole d’économie de Paris.

Dr Gaël Giraud, Economist, senior researcher at C.N.R.S. (French national centre for scientific research), Centre d’économie de la Sorbonne, University of Paris , Paris School of Economics, French “Laboratory of Excellence” devoted to financial regulation (LabEx ReFi).

Photo-gG-NE

Gaël Giraud published 4 books, the last one being : Illusion financière, Les Editions de l’Atelier, 2012.

Informations sur la page de Gaël Giraud.

 

Epistemic virtue and vice in mathematical finance

14/05/2014 (17h-19h) : Pr. Boudewijn de Bruin, University of Groningen.

By using recent insights on so called epistemic virtues and theory of epistemic virtue to shed light on this episode in the history of economic thought and prudential regulation, I defend the claim that rather than greed and egoism, the most pressing ethical failures that have led to the global financial crisis are failures of epistemic virtue. Banks failing to support research and development, regulation unjustifiably outsourcing judgements of creditworthiness to unreliable credit rating agencies, clients showing no interest whatsoever in the conditions of their mortgages, private investors overestimating their investment skills – these are all examples of epistemic vice.

Continuer la lecture de Epistemic virtue and vice in mathematical finance

L’assurance d’une société plus humaine ? / Mutual insurers: achieving human values?

Séance du séminaire du mercredi 16 avril 2014 (17h-19h) :

Le mutualisme : l’assurance d’une société plus humaine ?

Marcel Kahn, directeur général du groupe Mutuelle d’assurances du Corps de santé français (MACSF) et président de la Réunion des organismes d’assurance mutuelle (ROAM).

Couverture Kahn

Une vidéo de présentation de l’ouvrage : cliquer ici.

L’objectif de l’ouvrage

Il est connu (en particulier depuis la crise) que chacun attend des institutions et des entreprises davantage de proximité, d’implication et de solidarité. Les attentes exprimées sont généralement les mêmes : être entendu, comprendre ce qui est proposé, et pouvoir se faire entendre dans les organisations. Le modèle mutualiste se présente comme une réponse à ces attentes, trouvant sa légitimité dans une longue expérience qui a permis d’éprouver son efficacité. C’est cette réponse que développe dans son ouvrage Marcel Kahn en arguant du fait que, bien que restant encore mal connu, voire méconnu, le mutualisme se présente comme un modèle alliant efficacité économique et solidarité. En cela, nous dit Marcel Kahn, le mutualisme est un modèle porteur d’avenir. Continuer la lecture de L’assurance d’une société plus humaine ? / Mutual insurers: achieving human values?

La gestion machinale des risques : l’exemple Barrie-Hibbert / Risk management with machines: the Barrie-Hibbert case

Séance du séminaire du mercredi 12 mars 2014 (17h-19h) :

La conquête de la gestion des risques par une machine : le logiciel Barrie-Hibbert

Olivier Le Courtois, professeur de finance à l’Ecole de Management de Lyon et Christian Walter

Résumé des communications

L’outil progiciel Barrie-Hibbert est un générateur de scénarios économiques. Nous présentons successivement la notion de scénario économique, l’évolution de l’usage des scénarios, la manière dont s’élabore un générateur de scénarios et les caractéristiques minimales qu’il doit posséder. Puis nous situons un enjeu majeur des générateurs dans le passage du monde « réel » (P) au monde dual (Q). Par ce passage, la mathématisation des activités d’assurance prend un tour nouveau, celui de l’importation des techniques d’arbitrage issues de la « seconde quantification » de la finance mathématique des années 1980 dans la pratique quotidienne des assureurs. Ce tournant financier peut être appelé la « seconde financiarisation » des activités d’assurance, la première relevant seulement de l’usage des calculs financiers usuels qui étaient depuis longtemps dans la boîte à outils des actuaires.

Continuer la lecture de La gestion machinale des risques : l’exemple Barrie-Hibbert / Risk management with machines: the Barrie-Hibbert case