9 fevrier – Colloque prejudice et responsabilite epistemique

Centre Lourcine (1, rue de la glacière – 75013 Paris)
Bât 1 – 3ème étage – Espace Gisèle Halimi

La rencontre aura lieu en « présentiel » – Passe sanitaire obligatoire.

Pour s’inscrire : https://www.eventbrite.fr/e/billets-prejudice-et-responsabilite-epistemique-247115016667

Pour consulter le programme : Préjudice et responsabilité épistémique 

 

Jeudi 17 février 2022 – seance seminaire autour de l’investissement a impact

La prochaine séance du séminaire aura lieu le jeudi 17 février. 
Marie-Anne Vincent (Carbon4 Finance) et Lou Welgryn (Carbon data analyste et présidente de Data for good)  donneront une conférence intitulée
« Climat et finance : l’importance des masses de données pour la composition de portefeuilles adaptés aux enjeux climatiques »

 

Les masses de données (« big data ») disponibles ont significativement changé notre rapport aux phénomènes en apportant des chiffres partout là où il n’y en avait pas auparavant. Cette nouvelle avalanche des nombres amène à pouvoir envisager des quantifications qui jusqu’alors n’étaient pas imaginables. Ainsi des données relatives au climat, qui permettent désormais d’effectuer des mesures de l’empreinte carbone des portefeuilles et d’évaluer l’alignement avec un scénario compatible avec 2°C, ainsi que de mesurer le niveau des risques qui découlent des événements liés au changement climatique.

À partir de l’expérience de Carbon4 Finance, société créée en 2106 pour apporter au secteur financier l’expertise climat du cabinet de conseil Carbone 4, Marie-Anne Vincent présentera comment les données climat permettent aux organisations financières de mesurer l’empreinte carbone de leur portefeuille.

 

 

 

 

REGARDS CROISÉS SUR L’AVENIR DE LA FINANCE

Rencontres organisées avec le Centre des professions financières.

 

A l’origine de ce cycle de rencontres matinales, un constat et un paradoxe : d’une part, on entend souvent dire que le monde de la recherche et le monde des entreprises sont encore deux mondes qui évoluent de manière parallèle, et que leur croisement n’est pas une évidence, en particulier à cause de temporalités qui seraient trop différentes selon que l’on se situe du côté du monde de la recherche ou de celui de l’entreprise. Mais d’autre part, le secteur financier est l’un des lieux par excellence où les techniques mises au point par la recherche universitaire trouvent souvent rapidement une application dans les pratiques professionnelles, ce qui semble contredire l’impression précédente. L’emblématique théorie du portefeuille ou celle des options sont des exemples canoniques de ce passage rapide de la recherche à l’industrie. La technologie semble conduire les évolutions rapides des pratiques financières.

Un autre constat concerne le discours entendu sur l’absence de morale de la sphère financière. Les critiques observées à l’encontre de la finance ne cessent de se faire entendre et les discours recherchant une importation de valeurs « éthiques » dans le but de moraliser la finance néoclassique sont aujourd’hui légion. Pourtant il semble que la finance ne change pas et que ces incantations morales portent à vide, malgré les tentatives d’inclure des critères extra-financiers dans la finance. Enfin un troisième leitmotiv se fait entendre, sous la forme d’une complainte professionnelle devant une profusion de normes réglementaires qui semblent contrecarrer les initiatives des entreprises financières. Le rôle de la régulation financière (Bâle IV, Solvabilité II) est souvent perçu comme trop contraignant ou ambigu.

Notre proposition est la suivante : ces trois problématiques (technologie, régulation et éthique) sont liées. L’hypothèse de travail qui prévaut dans ces rencontres est la suivante. Nous estimons que l’une des raisons des limitations des tentatives de fonder une finance « autre » que la finance néoclassique ou de construire des normes ou une régulation socialement responsable vient de ce que ces démarches oublient la composante technique de la finance contemporaine et que, dans le cas des pratiques professionnelles financières modernes, il apparaît que la technique fait norme.

L’enjeu est précisément d’orienter les normes, de les interpréter et de les mettre en œuvre, de débattre à leur sujet aussi tout d’abord, d’une manière qui permette de reprendre la maîtrise d’évolutions réglementaires actuellement pilotées par les processus d’innovation technique. Par exemple, les envahissants algorithmes des machines financières ont des effets concrets sur nos prises de décision et sur les formes de finance que nous construisons. Certaines mesures de performance ou de risque poussent les professionnels à agir dans un sens ou dans l’autre. Le rapport aux machines doit donc être analysé pour en détecter les visions morales implicites et ouvrir les algorithmes devient un nouvel enjeu éthique en finance. Quels rêves sociaux sont-ils inscrits dans les machines financières ? L’analyse éthique de la finance doit compléter l’éthique des comportements par l’éthique de la technique et l’éthique de la régulation.

C’est la raison pour laquelle le Centre des professions financières (club des marchés financiers) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (chaire Ethique et finance) ont pris l’initiative d’organiser régulièrement des ateliers-petits déjeuners pour examiner ces enjeux dans un dialogue entre professionnels et universitaires. Il s’agira de cerner les circulations entre recherche et secteur financier, pour saisir les manières concrètes dont la technique issue de la recherche scientifique peut faire norme et dont les réglementations façonnent les pratiques professionnelles.

Nous souhaitons que ces rencontres contribuent à l’instauration d’une régulation financière socialement responsable, car prenant en considération l’effet du pilotage des décisions financières par la technologie issue de la recherche en finance.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search