Le Golem financier / The financial Golem

Dans mon précédent billet sur les robots, je proposais l’idée selon laquelle la complexité croissante des activités financières était l’une des causes de la robotisation des acteurs financiers. Je développe maintenant cette idée à partir de mon ouvrage La pente despotique de l’économie mondiale (Salvator, 2015) sur lequel je vais m’appuyer ici, en considérant le concept de cybernétique introduit par Norbert Wiener (1894-1964). Dans un ouvrage au titre mystérieux de God and Golem. A Comment on Certain Points Where Cybernetics Impinges on Religion (1964), Wiener utilise la figure du Golem, une machine fabriquée par l’homme qui échappe à son créateur, pour attirer l’attention sur certains risques des systèmes régulés. Je soutiens que, avec la régulation financière par le risque, nous avons créé un Golem, que je propose d’appeler le  Golem financier. De quoi s’agit-il ?

[Dans les lignes ci-dessous, je suis les pages 89 à 94 de mon livre auquel je me permets de renvoyer le lecteur pour davantage de détails] Qu’est-ce que la cybernétique ? Le mot évoque une science, mais de façon floue. Une définition courante est (voir Wikipédia) « la cybernétique est la science constituée par l’ensemble des théories sur les processus de commande et de communication et leur régulation chez l’être vivant, dans les machines et dans les systèmes sociologiques et économiques. Elle a pour objet principal l’étude des interactions entre ‘systèmes gouvernants’ (ou dispositifs de contrôle) et ‘systèmes gouvernés’ (ou dispositifs opérationnels) régis par des processus de rétroaction ou feed-back« .

On peut donc penser que, a priori, la cybernétique représenterait la boîte à outils indispensable au régulateur financier qui chercherait à s’assurer que la régulation qu’il met en place n’aura pas d’effets contraires à ceux souhaités, que la « machinerie financière » tourne bien. Il est intéressant de note que la cybernétique, après des débuts prometteurs, a été progressivement délaissée puis abandonnée par la communauté des chercheurs, d’abord en sciences de l’ingénieur, puis en sciences sociales (l’histoire de la cybernétique a été décrite dans les cahiers du Centre de recherche sur l’épistémologie et l’autonomie (CREA) de l’École Polytechnique, 7, 1985). Pour quelle raison ?

Wiener et ses confrères avaient recherché et essayé de mettre en évidence la source et les caractéristiques principales de la capacité d’adaptation des organismes biologiques et humains pour conserver leurs organisations internes, malgré les changements de l’environnement. Ils ont essayé de trouver cette permanence dans la modélisation de la capacité de mécanismes qui produisent leur propre unité en fonction d’un but : les mécanismes téléologiques. Ils s’inscrivaient initialement, notamment Wiener, dans la recherche des dispositifs pour automatiser et stabiliser le fonctionnement des machines. Pour cela, ils avaient essayé de comprendre le fonctionnement physiologique des neurones individuellement et globalement afin de proposer, en physiciens, un modèle de leur fonctionnement. Il était tentant d’aller plus loin encore.

Ce qu’ils ont fait. Les deux fondateurs de la cybernétique ont postulé « l’identité entre les êtres vivants et des objets techniques autorégulés« . Ils étaient associés et dialoguaient avec les concepteurs des ordinateurs. Ils imaginaient alors la création de ce que l’on appelle aujourd’hui des systèmes-experts qui prendraient en charge le traitement d’informations multiples au détriment du commandement humain esquissant ainsi la démarche de l’intelligence artificielle (IA). Dans cette perspective, il était tentant de rechercher comment des sociétés pourraient fonctionner totalement ou partiellement comme des machines par l’installation de ces dispositifs.

Mais alors cela installe un asservissement de l’homme à la machine. Le point important est la question de la maîtrise de ces machines. C’est la difficulté sur laquelle a buté Wiener. Pour illustrer métaphoriquement ce problème, il a utilisé un personnage mythique de la tradition juive, le Golem, une machine fabriquée par l’homme, un robot qui échappe à son créateur.

Mon hypothèse est la suivante. La machine financière que le régulateur cherche à auto-réguler échappe à son concepteur car, pour atteindre cet objectif, il choisit comme variable d’ajustement le risque, qui devient le critère principal dans la réglementation financière internationale.

Der GolemGod and Golem

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre des colloques que nous organisons à la SMA, nous avons montré comment la réduction de l’incertitude économique et financière au risque mesurable par des probabilités simplistes, peut conduire à augmenter les risques plutôt que les réduire. C’est la raison pour laquelle ces colloques sont appelés « Normes financières et risque de régulation » : il y peut y avoir un risque de régulation s’il y a un défaut de conception dans la régulation. J’avais déjà évoqué ce problème dans un article plus ancien, présenté au séminaire de la chaire Ethique et Finance (ICI). Je complète ici les premières versions de cette idée avec la notion de Golem. Ce défaut de conception produit alors un Golem financier : un système financier qui échappe à son fabricant en produisant des effets inattendus non souhaités (voir p. 98 de mon livre). Un exemple d’effet inattendu a été présenté au colloque AFIR/ERM de Sydney.

Hubert Rodarie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.