Une autre finance / Alternative finance

18 mai 2016, 17h-19h : Thomas Lagoarde Ségot (Kedge Business School) interviendra sur le thème « Prolégomènes à une étude alternative de la finance ». Thomas Lagoarde Ségot (page personnelle : ici) est rédacteur en chef de la revue Research in International Business and Finance et participe à l’organisation des Infiniti Conferences on International Finance. Il est l’auteur de After the Crisis: Rethinking Finance (Nova Science, 2010).

La recherche d’une « autre finance » est un domaine très actif depuis la crise de 2008. Parmi de nombreuses initiatives de recherche, mentionnons :

  1. La chaire Kedge – AG2R La Mondiale « Finance Autrement. Investissement, Solidarités, Responsabilité » dont le responsable est Bernard Paranque et le président du conseil scientifique Roland Pérez, membre du groupe des Économistes atterrés. Bernard Paranque et Roland Pérez ont dirigé l’ouvrage La finance autrement ? – Réflexions critiques et perspectives sur la finance moderne (PU du Septentrion, 2015)La finance autrement
  2. Le « Manifeste pour une autre finance » (Manifesto Post Crisis Finance) qui a été proposé dans le cadre du réseau Post Crisis Finance Network (PoCFiN). Texte ci-dessous avec trois propositions de complément :

Manifesto Post Crisis Finance

The ongoing economic, social and environmental crisis has revealed the need to redefine the finance function. Given its micro-normative intent, academic finance bears significant responsibility in this process addressing the interaction between finance and society.

[proposition 1 : cette responsabilité peut être appréhendée avec la notion de « vice épistémique« ]

As a response, many private actors have enlarged their definition of ‘value’ to include environmental and social elements into their management and asset allocation practices. Such practices, however, appear incompatible with the current epistemological structure of academic discourse in finance, which is heavily influenced by logical positivism and the methodological individualism hypothesis based on the maximization of shareholder’s utility function.

[proposition 2 : l’influence néfaste du positivisme pour l’éthique financière peut être développée au moyen de la notion de « Logos financier« ]

This paradox challenges us to reconsider the epistemological foundations of modern finance, and, in particular, the dominant role played by shareholders. It is our responsibility to question social welfare and ethics simply considered as the result of shareholders value maximization; and to enrich finance research with perspectives from other social sciences. In particular, we argue there is a need to turn the order upside down: economy and finance have to be embedded in environmental and social welfare to answer challenges we face, rather than the opposite.

[proposition 3 : le « triangle éthique » (voir ICI) décrit dans l’article sur le Logos financier est une proposition pour répondre à cet appel]

Should we promote another character, as a substitute to the shareholder? How should we (re)define the concept of value? The network will serve as an interdisciplinary forum for the rethinking of academic finance, with a view to carve out sustainable paths for financial research and practices in the 21st century.


2 réflexions au sujet de « Une autre finance / Alternative finance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *