Une école française de finance ? / A French school of finance?

Rencontre autour de L’année des professions financières 2016 et de l’hypothèse d’une école française de la finance

Après-midi d’étude organisée par la Chaire Ethique et finance de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et le Centre des professions financières, le 12 octobre 2016 de 14h à 19h.

Lieu : Fondation Maison des sciences de l’homme, 190, avenue de France, Paris 13ème, salle du conseil A (sous-sol).

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire ICI (cliquer sur le lien).

Dans sa livraison 2016, L’année des professions financières a consacré un dossier sur le thème « École française de la finance : mythe ou réalité », coordonné par Denise Flouzat-Osmont et Pierre-Henri Cassou. Ce dossier posait la question de la pluralité des traditions financières et attirait l’attention sur l’importance de tirer parti de la diversité des expériences professionnelles, en s’interrogeant sur l’existence d’une tradition financière française, quant à ses conceptions et ses pratiques professionnelles.

L’objectif de cette demi-journée d’étude est de poursuivre la réflexion engagée dans ce numéro de la revue. La demi-journée se conclura avec la séance du séminaire de la chaire Ethique et Finance qui reçoit Michel Pébereau, président du Centre des professions financières et président d’honneur de BNP Paribas.

PROBLÉMATIQUE

Les attentes actuelles d’une « autre » finance, et la recherche de nouveaux paradigmes

La recherche d’une « autre finance » (en langue anglaise alternative finance) c’est-à-dire d’une finance construite sur des principes fondateurs autres que ceux de la tradition anglo-saxonne, apparaît comme un thème récurrent des attentes actuelles et des travaux en cours sur les limites de cette tradition à la suite la crise de 2008. La séance du séminaire de la chaire Ethique et Finance du 18 mai 2016 avait abordé cette question en invitant Thomas Lagoarde Ségot sur le thème « Prolégomènes à une étude alternative de la finance« . L’une des caractéristiques de la période récente est en effet la domination de la tradition anglo-saxonne de la finance (une « école américaine de finance« ) et la structuration de la société dans son ensemble autour de cette tradition.

Mais d’autres traditions existent, qu’il pourrait être intéressant de revisiter dans ce sens en respectant la diversité des expériences, comme par exemple la diversité dans la manière de cadrer les différents types de risque. L’un des intérêts de cette démarche est de permettre un travail comparatif entre les différentes traditions pour en faire apparaître la diversité, diversité qui peut en retour aider à la concertation, à la fois entre professionnels et régulateurs et entre régulateurs sur le plan international.

Cette idée est à l’origine de nombreuses initiatives de recherche qui existent aujourd’hui dans le but de refonder différemment la finance. Par exemple la chaire Kedge-AG2R La Mondiale « Finance Autrement. Investissement, Solidarités, Responsabilité » dirigée par Bernard Paranque et Roland Pérez, ou le « Manifeste pour une autre finance » qui a été proposé dans le cadre du réseau international Post Crisis Finance Network (PoCFiN). De nombreux ouvrages ont été publiés sur ces questions, comme par exemple récemment ceux de Bernard Paranque et Roland Pérez La finance autrement ? Réflexions critiques et perspectives sur la finance moderne (2015) et d’Isabelle Chambost, Marc Lenglet et Yamina Tadjeddine, La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire (2016) (voir un compte-rendu ICI).

Dans ce foisonnement d’initiatives de recherche, la demi-journée d’étude se propose d’examiner l’hypothèse d’une « école française de la finance », comme celle d’une tradition ou d’un style ouvrant la voie à une possibilité complémentaire de refondation de la finance.

PROGRAMME

Accueil : 14h

Pierre-Henri Cassou et Denise Flouzat, Présentation de L’année des professions financières et du numéro « École française de la finance : mythe ou réalité »

Première partie : l’hypothèse d’une école française de finance

1) Une tradition financière française spécifique ?

Bernard Paranque, Kedge Business School, titulaire de la Chaire AG2R La Mondiale « Finance Autrement. Investissement, Solidarités, Responsabilité », De l’enjeu du réencastrement de la finance : de l’école de la régulation et de celle des conventions à l’économie sociale et solidaire

Yvonne Muller-Lagarde, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Directrice scientifique des Cahiers du chiffre et du droit,  Un style français de régulation financière ?

2) École française et école américaine : deux traditions différentes de modélisation ?

Pierre-Charles Pradier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Une école française contre ‘‘l’école américaine’’ ? Jean d’Alembert à la rescousse de Maurice Allais

Christian Walter, Chaire Ethique et finance, et université Paris 1, ISPJS, CPCS, pôle NoSoPhi, Représentations de l’incertitude et traditions de modélisation financière

Deuxième partie : séminaire de la chaire Ethique et Finance

Michel Pébereau, président du Centre des professions financières, président d’honneur de BNP Paribas,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *