Archives de catégorie : Articles

jeudi 23 juin – séance séminaire autour de l’investissement à impact

 

La prochaine séance du séminaire se tiendra le jeudi 23 juin 2022, 17h à 19h dans le Forum de la Bibliothèque à la FMSH (54 boulevard Raspail, 75006 Paris)

 

Valérie Charolles
(Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, CNRS & EHESS)
donnera une conférence intitulée
« Les chiffres ne sont pas les nombres »

 

 

Résumé

Les chiffres sont devenus une manière dominante de rendre compte de ce qui se produit et, à l’heure de ce qui est appelé le big data, leur maniement en grand nombre occupe une part décisive dans le fonctionnement de la finance, plus largement de l’économie, mais aussi de la vie sociale et politique. Dans cette intervention, je reviendrai sur un débat ancien concernant la différence à effectuer entre ce qui ressort d’une mesure et les nombres (Descartes, Russell) et je montrerai que les entités qui sont manipulées dans les sphères financières, économiques et politiques reposent sur des mesures. Il ne s’agit pas tant de faire ressortir les aléas liés à ces mesures que l’appareil conceptuel de normes nécessaire à leur obtention.

Sur la base de mon dernier livre, Se libérer de la domination des chiffres, je mettrai en perspective cet appareil conceptuel en comptabilité nationale, en comptabilité privée et pour la réalisation des opérations financières et managériales. Dans le cadre de ma thématique de recherche générale (la constitution du sujet et du monde contemporains à travers l’économie, la quantification et la technique), j’avancerai pour finir des raisons de considérer qu’à la question des liens entre les mots et les choses (Foucault, Quine), il convient d’ajouter celle des relations entre les faits et les chiffres.

Pour plus d’infos : 

https://www.fmsh.fr/fr/college-chaires/peut-critiquer-ou-defendre-le-capitalisme-de-maniere-non-normative

Jeudi 9 juin – SÉANCE SEMINAIRE AUTOUR DE L’INVESTISSEMENT A IMPACT

La prochaine séance du séminaire aura lieu le jeudi 9 juin.

 

Sina Badiei (Centre Walras-Pareto,Université de Lausanne / Collège International de Philosophie, Université Paris Lumières) donnera une conférence intitulée
« Peut-on critiquer ou défendre le capitalisme de manière non-normative ? »

 

Karl Marx, Ludwig von Mises et Milton Friedman font partie des économistes qui manifestent un fort scepticisme quant à la possibilité d’une discussion et d’une analyse rationnelles des normes qui doivent régir la réforme des institutions publiques. Cependant, ils se distinguent de la plupart des autres économistes qui adoptent cette position sceptique par le caractère éminemment normatif et politique de leurs écrits sur le capitalisme. Marx est souvent considéré comme le penseur qui a produit la critique la plus rigoureuse du capitalisme. Mises est l’un des derniers économistes à défendre systématiquement et explicitement le laissez-faire, à la différence des partisans plus contemporains du laissez-faire qui se contentent souvent de critiquer toute intervention publique en raison des présupposés dits paternalistes de ces interventions. Friedman, quant à lui, fut l’un des premiers économistes américains ultralibéraux à rompre explicitement avec le laissez-faire, ce qui ne l’a pas empêché de soutenir que ce qu’il appelait le capitalisme de concurrence était la seule forme d’organisation sociale compatible avec le respect de la liberté individuelle. Dans cet exposé, et en m’appuyant sur le travail effectué dans mon ouvrage « Économie positive et économie normative chez Marx, Mises, Friedman et Popper », je tâcherai de montrer que Marx, Mises et Friedman ne parviennent pas à justifier leur critique ou leur défense du capitalisme de manière convaincante. J’essaierai de montrer que tel est le cas principalement en raison de leur dévaluation de l’analyse rationnelle et systématique des normes et des valeurs. Je soutiendrai de surcroît que pour envisager une réponse satisfaisante à la position sceptique de Marx, Mises et Friedman à l’égard des analyses normatives, il faut essayer de distinguer les évaluations systématiques qui étudient les normes régissant la réforme des institutions publiques et les évaluations qui étudient les normes et les valeurs régissant le comportement personnel des individus.

 

 

Ciné-money – 15 mai

Cycle de projections organisé par la Chaire Ethique et Finance et la théatre de la Reine Blanche

Prochaine rencontre :

Dimanche 15 mai à 18h30

Théâtre de la Reine Blanche (2bis passage Ruelle, 75018 Paris)

 

Projection du film :

L’argent de Robert Bresson

Pour plus d’informations cliquer ici : https://www.reineblanche.com/calendrier/cine-money/film-du-07-mars

Pour plus consulter le programme du cycle des rencontres : https://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/30950

 

Le cinéma peut-il nous dire quelque chose sur l’argent ? Et nous le dire autrement que les innombrables romans ou livres qui traitent déjà de ce thème, ou encore les savants travaux de la philosophie de l’argent, sans parler des discours sans fin des religions ou des morales laïques ? On fait le pari de donner à cette question une réponse positive.

Quel que soit leur genre (grand public, policier, espionnage, science-fiction, comédie, tragédie, classique, art et essai etc.), les films posent des questions philosophiques qui concernent notre vie de tous les jours, notre vie ordinaire en nous aidant à reconnaître notre scepticisme face à la vie. Aujourd’hui, qui ne s’est pas trouvé confronté au problème de l’argent ? Quoi de plus emblématiquement énigmatique et éthiquement problématique, avec tout son cortège d’émotions positives ou négatives, que la question de l’argent, dans une société où se mélangent grande richesse et grande pauvreté, inégalités extrêmes et injustice sociale etc. Le cinéma pourrait-il nous aider à redéfinir notre rapport à l’argent ? A opérer une conversion sur l’argent ?

Ce cycle de projections « Ciné-Money » ne cherchera pas à illustrer des théories économiques ou morales sur l’argent, ou à proposer des remèdes politiques, en utilisant les ficelles narratives de l’histoire, mais il proposera au spectateur de se laisser toucher par les images, de se perdre dans le film pour s’y retrouver et se retourner sur soi. Après la projection aura lieu un débat sur le film à partir des émotions qu’il aura suscité, en faisant appel aux compétences morales de tous.