Les colloques « Normes financières et risque de régulation » / Colloquia « Financial Standards and Regulation Risk »

Liste des colloques 2009, 2011, 2013, 2015

A l’origine de l’initiative de recherche : un constat

La crise financière de 2008 a débouché sur d’intenses débats politiques et économiques censés éviter la reproduction des défaillances observées. Pour autant, rien n’a fondamentalement changé. Le système économique reste englué dans des dettes massives et le système financier qui les gère n’a pas évolué.

Précisons cela :

  1. Les régulations récentes adoptées en réponse aux dernières crises, ont pour but de réduire de diverses façons les risques auxquels s’exposent les établissements financiers. Le risque est appréhendé comme la volatilité des cours.
  2. Cependant, le sentiment de nombreux professionnels est que, si ces règles ont bien tendance à réduire la volatilité, elles rigidifient le système et lui font subir des contraintes qui pourraient conduire à des mouvements soudains et de grande ampleur.
  3. Le groupe de travail de la banque d’Angleterre sur la procyclicité mis en place en 2013 (« Procyclicality and structural trends in investment allocation by insurance companies and pension funds. A discussion paper by the Bank of England and the Procyclicality Working Group », 2014) évoque cet aspect de l’imbrication entre mesure des risques et régulation.
  4. En résumé, il semble que certaines règles diminuent bien la volatilité mais au prix d’une augmentation de la fragilité du système. Elles échangeraient en quelque sorte le risque dû à la volatilité contre un risque de fragilité (cassures). Ainsi, les régulations à base de mesures de risque pourraient avoir un effet inattendu et non souhaité

Ce constat et cette question sont à l’origine de l’initiative de recherche lancée en 2009 par le groupe SMA en partenariat avec la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) par Hubert Rodarie, directeur général délégué. La forme visible de cette initiative de recherche est l’ensemble des colloques « Normes financières et risque de régulation », organisés en partenariat avec le Laboratoire d’excellence sur la régulation financière (Labex ReFi).

Les objectifs de l’initiative de recherche

Le travail entrepris avec un réseau de réflexion (voir ci-dessous : « réfléchir en réseau ») consiste à étudier les modélisations mathématiques pour faire apparaître le risque ajouté par la régulation financière au risque initial des marchés financiers. Puis de travailler à fonder une autre structure de régulation qui prendrait davantage acte de la nature de l’incertitude économique et financière. A l’issue, les résultats de ce travail permettront de situer et de dépasser les limites ou les impasses de la régulation financière actuelle.

Notre hypothèse de travail est la suivante : le système économique et la régulation sont fondés sur des a priori théoriques relevant de courants de pensée en apparence différents, mais en réalité issus pour l’essentiel de la même représentation de l’incertitude. Il existe une relation entre crise boursière, régulation financière et représentation de l’incertitude.

Nous avons un double objectif :

  1. Contribuer à l’élaboration d’un nouveau cadre conceptuel sur lequel bâtir une régulation plus sûre
  2. Organiser le débat intellectuel pour alimenter le débat public en matière de régulation financière.

La méthode de travail : réfléchir en réseau

1) Dans l’esprit de la Fondation Maison des sciences de l’homme

Depuis 2009, au rythme d’un colloque tous les deux ans, ces colloques rassemblent universitaires et professionnels de haut niveau. Dans l’esprit du Collège d’études mondiales de la FMSH qui privilégie les recherches internationales et pluridisciplinaires, et promeut de nouvelles façons de réfléchir et de travailler, en phase avec les grands changements qui caractérisent le monde contemporain, ces colloques instaurent un double dialogue : entre universitaires et professionnels d’une part, et entre les différentes disciplines universitaires d’autre part, pour faire émerger des éléments d’analyse de la pertinence des hypothèses au cœur des modèles utilisés par la finance moderne.

2) Les intervenants des différents colloques (colloques 2009, 2011, 2013, 2015)

Depuis 2009, les universitaires et professionnels qui ont croisé leurs travaux pour éclairer le problème posé par la défaillance de la régulation financière sont (entre parenthèses l’année du colloque) : Jean-Philippe Bouchaud (2011), Eric Brian (2009, 2013), Gilles Campagnolo (2015), Eve Chiapello (2015), Pierre de Larminat (2013), Olivier Le Courtois (2009, 2011, 2013), Michèle Leclerc-Olive (2011), Jacques Lévy Vehel (2015), Sabine Montagne (2013), Emmanuel Picavet (2009), Michel Piermay (2009, 2013), Sylvain Piron (2011), Mélanie Plouviez (2011), Pierre-Charles Pradier (2009, 2011, 2013, 2015), Jacques Sapir (2009), Gregory Vanel (2009).

Fondements théoriques du réseau de réflexion : l’imbrication entre les normes financières et les mathématiques financières (manifeste du réseau)

Considérons la crise de 2008. D’une part, cette crise n’est pas apparue dans des systèmes économiques périphériques, ce qui aurait permis de l’assimiler à une crise de croissance comme dans le cas de l’Asie en 1977. D’autre part, elle n’est pas le fait d’organisations en phase de transition dans un système financier en évolution, comme dans le cas des Savings and loans américaines en 1990. Enfin cette crise, intervenant en phase de mondialisation, n’est pas une conséquence de la mondialisation.

Cette crise fut le résultat de dérèglements intervenus au cœur même du système économique dominant. Les plus importants établissements américains et britanniques ont été touchés. Pourtant, ils avaient mis en œuvre des moyens intellectuels et financiers considérables pour établir des outils de calculs et de contrôle de leurs risques. D’autre part, de nombreux systèmes appliquaient les dispositifs réglementaires issus des lois Sarbanne Oxley (lois élaborés après la faillite d’Enron). D’où l’idée selon laquelle les règles de fonctionnement du système représenteraient une des causes de cette crise. Cela rejoint une constatation bien établie en sciences sociales : les crises les plus graves sont engendrées par des dispositifs collectifs de gestion dont les effets inattendus prennent totalement par surprise les professionnels et les économistes. D’où l’idée d’analyser les représentations de l’incertitude qui se trouvent au cœur de ces dispositifs de gestion.

Références

Actes du premier colloque de 2009 : Nouvelles normes financières. S’organiser face à la crise, Springer, 2010

Liste des colloques 2009, 2011, 2013, 2015