Archives par mot-clé : mis-en-avant

Préjudice et responsabilité épistémique

9 février 2022

Centre Lourcine
(1, rue de la glacière – 75013 Paris)
Bât 1 – 3ème étage – Espace Gisèle Halimi

Rencontre organisée par la chaire Ethique et Finance de Christian Walter et Emmanuel Picavet, avec le groupe de travail « Normativité environnementale face aux catastrophes climatiques » (NECC à l’ISJPS – UMR 81-03 et à l’Ecole d’Economie de la Sorbonne) du LabEx DYNAMITE.

La rencontre aura lieu en « présentiel ».
Passe sanitaire obligatoire
Pour s’inscrire : https://www.eventbrite.fr/e/billets-prejudice-et-responsabilite-epistemique-247115016667

 

Programme 

 

14h Accueil

14h15 Erwan LAMY (ESCP Business School) : « Les responsabilités épistémiques : panorama et enjeux »

14H45 Julien GASBAOUI (Avocat au barreau de Paris, Maître de conférences associé à l’Université d’Aix-Marseille) : « Retour sur quelques leçons à tirer de l’affaire Kerviel »

15h15 Véronique COQ (Université Sorbonne Paris Nord) : « Responsabilité ou irresponsabilité épistémique : le cas du “green washing’’ dans la commande publique »

15h45 Pause

16h Christian WALTER (FMSH et Kedge) : « Du préjudice économique à la responsabilité épistémique : le cas de la responsabilité de la Société Générale dans l’affaire Kerviel »

16h30 Emmanuel PICAVET (FMSH et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Intégrité scientifique, liens d’intérêt et responsabilité épistémique »

17h Laurent BIBARD (ESSEC Business School) « Sur la naïveté épistémique des dirigeants. Problématiser certains présupposés de la connaissance et de l’action contemporaines »

17h30 Débat général

18h30 Fin de la rencontre

 

Argumentaire

 

En 2015, dans son livre intitulé Ethics and the Global Financial Crisis. Why Incompetence is Worse than Greed, Boudewijn de Bruin attirait l’attention sur les défaillances épistémiques à l’origine de la crise de 2008, ce qui a été pris très au sérieux dans les travaux de la Chaire Ethique et Finance du Collège d’Etudes Mondiales sous l’égide de la FMSH.

Nous avons examiné en décembre 2020 une vertu intellectuelle particulière qui nous semble aussi importante qu’elle est généralement négligée : la responsabilité épistémique, par quoi nous entendons la disposition à reconnaître, à prévenir et à corriger les conséquences de ses fautes épistémiques, et bien sûr la capacité de faire le partage correctement entre les rôles des acteurs. L’année écoulée vient hélas de montrer à quel point cette vertu manque au débat public, avec la multiplication de polémiques entretenues de manière parfaitement irresponsable sur le plan épistémique.

Dans le contexte que nous connaissons, la question de la responsabilité épistémique est particulièrement d’actualité. Or, si les préoccupations que recouvre la notion trouvent aujourd’hui un certain écho (à la suite de la pandémie de Covid 19 notamment) en termes de justification publique, il y a des raisons de penser que la réflexion publique et les analyses savantes ne progressent pas très vite lorsqu’il s’agit de comprendre l’impact (les conséquences) du maniement irresponsable de modèles ou de théories mal corroborées ou dont le propos est hâtivement détourné.

En effet, la mise en accusation souvent complaisante de la science et des scientifiques contribue certainement à masquer une représentation sereine des risques et des torts qui peuvent découler d’une sollicitation hasardeuse des travaux spécialisés. C’est en particulier le cas, semble-t-il, lorsque le but de ces travaux n’est pas de transformer la réalité sociale ou institutionnelle (mais plutôt de l’expliquer, d’en prédire le fonctionnement, etc.).

De plus, comme peuvent l’illustrer les contributions récentes au sujet de quelques-unes des grandes dérives du monde financiers au cours des dernières décennies, il est plus important que jamais d’interroger le partage des rôles. Il y va de l’attribution correcte des actions décisives et de l’imputation des responsabilités. Sont également en jeu les chances d’une meilleure compréhension de la responsabilité dans la conception des systèmes d’information, de contrôle et de délibération dans lesquels s’insèrent les actions personnelles. Ainsi, il faudra s’interroger sur les manières de donner une prise juridique à la notion de responsabilité épistémique des dirigeants ou de s’en abstenir (et pour quelles raisons alors). Dans cet ordre d’idées, le problème de la traduction juridique de la notion de responsabilité épistémique est évidemment d’une importance cruciale.

 

Contact:

Christian.Walter@msh-paris.fr
Emmanuel.Picavet@univ-paris1.fr
sabina.tortorella@msh-paris.fr

Rencontres autour de l’investissement à impact

Séminaire organisé
par Christian Walter, Emmanuel Picavet et Sandra Bernard Colinet

 

Les séances ont lieu, sauf exception, les jeudis de 17h à 19h à la FMSH (54 boulevard Raspail, 75006 Paris) ou en visio-conférence sur Zoom.
Accès sur présentation du passe sanitaire

https://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/rencontre-investissement-impact

 

Présentation

Née il y a plus de 10 ans aux États-Unis, la notion d’investissement à impact recouvre tout investissement qui recherche explicitement à la fois une rentabilité économique et la création d’un impact social et environnemental positif et mesurable. Dans la mise à jour établie en 2019 de la définition adoptée en 2014 par le comité consultatif français sur l’investissement à impact, l’investissement à impact est défini comme un investissement qui vise explicitement et de manière intentionnelle un retour social et/ou environnemental positif ainsi qu’une performance financière supérieure ou égale à zéro, et dont l’impact est mesurable par un processus continu d’évaluation. L’intentionnalité des investisseurs / financeurs se manifeste au niveau des choix d’investissements / financements mais également dans l’accompagnement des organisations à impact. La mesure de l’impact social et/ou environnemental repose sur la mise en place d’objectifs prioritaires dont le suivi permet d’accompagner les organisations à faire progresser leur impact.
En février 2020, le Haut-commissariat à l’économie sociale et solidaire, faisant le constat d’un essor global de l’investissement à impact et des besoins en financement avait confié à l’association iiLab (Impact Invest Lab), plateforme d’expérimentation et de développement de l’investissement à impact et spécialiste dans les contrats à impact social, une mission de préfiguration d’un centre français de l’investissement à impact, pour permettre une reconnaissance officielle de l’investissement à impact, clarifier ses critères d’éligibilité, et explorer les pistes concrètes qui permettraient de développer l’écosystème et de mobiliser la place financière de Paris autour de cette nouvelle approche de l’investissement. La mission a été confiée à Sandra Bernard Colinet, qui a constitué un groupe de travail de 75 membres, qui ont rendu leurs premières conclusions en juillet 2020. Ce rapport a été remis officiellement le 9 septembre 2020 à la secrétaire d’Etat à l’économie sociale, solidaire et responsable Olivia Grégoire. Certains points ont été approfondis dans un deuxième rapport.
Ces rencontres mensuelles seront conçues dans le prolongement de ces rapports et auront pour objectif de poursuivre certaines pistes indiquées dans le rapport et de creuser des problématiques favorisant une transformation de la théorie financière dans un sens écologique et durable. 

 

Programme 2021-2022

 

Jeudi 14 octobre 2021

Thomas Lagoarde-Segot (professeur, Kedge Business School), Les certificats d’impact donnés par les banques centrales

Jeudi 20 janvier 2022

Sylvain Piron (EHESS), Investissement et bien commun
Pour s’inscrire : https://www.fmsh.fr/fr/recherche/31720

 Jeudi 17 février 2022

Marie-Anne Vincent (Carbon4 Finance) et Lou Welgryn (Carbon data analyste et présidente de Data for good), Climat et finance : l’importance des masses de données pour la composition de portefeuilles adaptés aux enjeux climatiques

Jeudi 31 mars 2022

Eve Chiapello (EHESS), Le monde de l’impact investing vu depuis Twitter

 

Contact :
Christian.Walter@msh-paris.fr
Emmanuel.Picavet@univ-paris1.fr
sabina.tortorella@msh-paris.fr

 

Séminaire de Master 2 Année 2021-2022

Ethique épistémique et gouvernance des modèles :
le cas des
modélisations mathématiques du risque financier

Christian Walter, cotitulaire de la chaire Ethique et Finance (FMSH), chercheur associé au Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (ISJPS), professeur à Kedge BS

La pratique de la modélisation mathématique du risque financier a  profondément modifié le paysage des professions financières et actuarielles dans le monde et a contribué à l’omniprésence de la finance dans la société, donnant l’impression d’une emprise croissante d’une vision financière du monde (ou « financiarisation ») accusée de dogmatisme et difficile à contourner. D’où viennent les modèles mathématiques de risque, quelle est leur histoire, quels sont leurs fondements techniques, historiques ou sociaux, sur quelles prémisses se fondent leurs hypothèses, sont-elles toujours pertinentes pour l’élaboration des solutions proposées ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles toute analyse de la financiarisation se trouve aujourd’hui confrontée, en raison de l’impact sociétal de l’utilisation des modèles mathématiques ou statistiques du risque utilisés par les professionnels. Le cours a pour objet l’examen de ces questions à partir de l’analyse des formes successives qu’a prise la modélisation du risque principalement en finance et des controverses scientifiques qui ont accompagné cette évolution. Les enjeux éthiques des choix de modélisation du risque seront abordés en introduisant la notion d’éthique épistémique. L’un des objectifs de ce cours est d’appliquer deux des principes à l’origine de la fondation de l’Institut d’histoire des  sciences rattaché à la Faculté des lettres de Paris en 1932 : faire travailler ensemble étudiants en actuariat et étudiants en histoire de la pensée économique ou en philosophie, et « refuser la division des études entre lettres e et sciences ».

Lundi de 9h à 12h (FMSH, 54 boulevard Raspail, salle B1-01, premier étage côté rue du Cherche-midi).
Les 24 janvier 2022, 31 janvier, 7 février, 14 février, 7 mars et 14 mars.

Ce cours est validant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UFR 10, filière «Philosophie et société» et UFR 02, Master 2 recherche «Économie et sciences humaines – épistémologie, méthodes,
théories)» et à Sorbonne université (ISUP).

Validation du cours : présence à toutes les séances et exposé avec travail écrit.
Étudiants de l’ISUP : chapitre spécial du mémoire d’actuariat.
Étudiants de Paris 1 : mini-mémoire.

Réception sur rendez-vous. FMSH bureau P03-01
Adresse électronique de contact : cwalter(at)msh-paris.fr

Compléments du cours

Ressources pédagogiques


Christian WALTER, Le modèle de marche au hasard en finance, Economica, 2013
Philosophie économique (dir. G. Campagnolo & J.-S. Gharbi), Éditions matériologiques, 2017, chapitre 15 : « L’efficacité informationnelle d’un marché »
Sites Web de la chaire Éthique et Finance : http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/167
Carnet « Hasard, science & finance » :
https://epistemofinance.hypotheses.org/
Academia : https://msh-paris.academia.edu/ChristianWalter

Équations qui tuent, performativité et éthique épistémique

Relecture de la crise financière de 2008.
– Diagnostic courant : la cupidité (éthique déontologique)
– Nouveau diagnostic : responsabilité épistémique et éthique des modèles de risque financier

Références complémentaires pour le cours :

The Conversation [en ligne] : https://theconversation.com/fr
• C. WALTER, « Pourquoi la cupidité ne suffit pas à expliquer la crise de 2008 », 10/10/2018
• – « En 2008, la finance piégée par l’illusion de la disparition du risque », 21/11/2018
• – « Ces “idées résistantes’’ à l’origine de la crise financière de 2008 », 11/02/2019
• – « Pourquoi la finance n’a jamais pu être verte (et comment la verdir enfin) », 29/09/2019

Articles de réflexion dans des revues françaises
• C. WALTER, « Crise financière et modèles mathématiques », Communio, 37, p. 109-120, 2012.
• – « Éthique et finance : le tournant performatif », Transversalités, 124 (4), p. 29-42, 2012. https://doi.org/10.3917/trans.124.0029

Chapitre d’ouvrages scientifiques
• Boudewijn DE BRUIN & Christian WALTER, « Research habits in financial modelling: the case of non-normality of market returns in the 1970s and the 1980s », in Emiliano Ippoliti and Ping Chen (eds.), Methods and Finance. A Unifying View on Finance, Mathematics and Philosophy, Springer, p. 79-93, 2017. DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-319-49872-0_5

Livres
• Christian WALTER, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Paris, Seuil, 2009.
• Boudewijn DE BRUIN, Ethics and the Global Financial Crisis: Why Incompetence Is Worse than Greed, Cambridge University Press, Cambridge, 2015

Liens sur l’éthique épistémique pour le monde financier :
• L’éthique épistémique : https://epistemofinance.hypotheses.org/3391
• Enseigner l’éthique épistémique:
https://epistemofinance.hypotheses.org/1797
• Éthique épistémique et procès Kerviel :
https://epistemofinance.hypotheses.org/1843
• La vertu peut-elle sauver le monde ? :
https://epistemofinance.hypotheses.org/2530
• Qu’est-ce qu’un vice épistémique ? :
https://epistemofinance.hypotheses.org/2344

Régulation financière, cygnes noirs et Logos financier

Analyse critique de la régulation financière.
– Relecture de la théorie du cygne noir
– Introduction à l’analyse des krachs boursiers par le Logos financier

Références complémentaires pour le cours :

Articles de recherche
• C. WALTER, « The financial Logos: The framing of financial decision-making by mathematical modelling », Research in International Business and Finance, 37, 597-604, 2016.
DOI: https://doi.org/10.1016/j.ribaf.2016.01.022
• O. LE COURTOIS, J. LÉVY-VÉHEL, C. WALTER, “Regulation risk”, North American Actuarial Journal, 24 (3): 463-474 (2020). https://doi.org/10.1080/10920277.2019.1679189

Chapitre d’ouvrage scientifiques
• C. WALTER, « Financial Black Swans: Unpredictable Threat or Descriptive Illusion? », in D. Jodelet, J. Vala, E. Drozda-Senkowska (eds.), Societies Under Threat: A Pluri-disciplinary Approach, Springer, 2020.

Livres
• Bruno AMBROISE, Qu’est-ce qu’un acte de parole ?, Paris, Vrin, 2008.
• Nassim TALEB, Le cygne noir : La puissance de l’imprévisible , Paris, Les Belles Lettres, 2010.

Liens sur le Logos financier et le cygne noir :
• Cygnes noirs et signes noirs : https://epistemofinance.hypotheses.org/4092
• Le Logos financier : https://epistemofinance.hypotheses.org/3224 et
https://epistemofinance.hypotheses.org/2248

La représentation brownienne du risque financier : histoire et problèmes

Analyse du maintien de la représentation brownienne en modélisation financière
– Épistémologie de la représentation brownienne en finance
– Histoire critique de la représentation brownienne en finance

Références complémentaires pour le cours :

Article de recherche
• C. WALTER, « The Brownian motion in finance: an epistemological puzzle », Topoi, 1-17.
https://doi.org/10.1007/s11245-019-09660-7

Chapitres d’ouvrages scientifiques
• C. WALTER, « The leptokurtic crisis and the discontinuous turn in financial modelling », in Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine (eds.), The Making of Finance. Perspectives from the Social Sciences, Routledge, p. 77-89, 2019.
• – « The extreme value problem in finance: comparing the pragmatic programme with the Mandelbrot programme », in François Longin (ed.), Extreme Events in Finance: A Handbook of Extreme Value Theory and its Applications, Wiley, p. 25-51, 2017.

Documents de travail
• – « Les origines du modèle de marche au hasard en finance », FMSH-WP 2013-33.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00828289 (2013)